UA-65621638-1 http://secourslux.blogs.sudinfo.be/ ok

31/01/2020

Faits divers 31 janvier 9h

E25 VAUX SUR SURE

Camion de mazout sur le flanc avec 30.000 litres

Un camion s’est couché sur le flanc à 15h15 sur la E25 à hauteur de Vaux sur Sure en direction de Neufchâteau, Il s’agissait d’un camion citerne avec 30.000 l de mazout. Sur place, SOS Pollution, la protection civile, le MET, les pompiers de Bastogne, Neufchateau et Houffalyze et la réalisation d’un très important balisage pour permettre une circulation aux usagers.

 

TINTIGNY

Feu de chalet

Le chalet résidentiel était en feu à la rue « Haut des fagots » à Tintigny  jeudi soir à 22h09.Le sistre du chalet est total malgré l’intervention des pompiers d’Etalle Florenville et Arlon ainsi qu’une ambulance qui a pris une personne en charge, qui a été hospitalisée pour Brulures. Une intervention qui a duré quatre hres et dont le sinistre est total.

 

FLORENVILLE

Les pompiers de Florenville sont allés en renfort de Carignan (F) à la rue du faubourg jeudi soir à 22h09 avec élévateur pour ensuite être rejoints par un second renfort avec une autopompe. Ce matin à 1h34.

 

E411 RULLES

Trois voitures en cause

Les pompiers d’Etalle se sont rendus à 5h02 sur la E411 à la suite d’un accident entre 3 voitures à hauteur de Rulles en direction de Namur. Deux blessés légers ont été hospitalisés.

 

Daniel.

25/01/2020

Faits divers 25 janvier journée

FAITS DIVERS SAMEDI 25 JANVIER jusque 19h30

 

E411 LUNDIFONTAINE

Feu de voiture

Vendredi soir vers 20h50, une camionnette de dépannage tractant un plateau chargé d’une voiture, se trouvait sur l’aire de Lundifontaine à hauteur de Hamipré lorsque la voiture transportée a pris feu. La rapidité des pompiers de Neufchâteau avec un balisage d’Etalle se sont rendus sur place et ont pu limité les dégâts.

 

ORGEO

Perte de contrôle

Un automobiliste a perdu le contrôle de son véhicule à larue du Saupon à Orgeo vendredi soir à 22h43. Les pompiers de Bertrix sont intervenus et ont soigné un blessé léger.

 

FLORENVILE

Un automobiliste se prend un poteau

L’automobiliste qui circulait à la rue d’Arlon à Florenville s’est pris un poteau la nuit de vendredi à samedi à 3h05.Le chauffeur, qui a été légèrement blessé, a été soigné par les pompiers de Florenville, accompagnés du balisage d’Etalle.

 

BARANZY

Voiture au fossé

Le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule et s’est retrouvé au fossé au chemin de Mussy à Florenville à 11h20 dimanche. Il n’y a pas de blessé. Ce sont les pompiers de Virton qui sont intervenus.

 

NIVES

Nettoyage de route

Un nettoyage de route a été effectuté au chemin de Martelange à Nyve à 12h10 à la suite d’un accident sans faire de blessé. Les pompiers de Bastogne sont intervenus.

 

N4 BASTOGNE

De la boue sur la route

Les pompiers de Bastogne ont effectué un nettoyage de route sur la N4 à hauteur de Bastogne en direction de Namur à 16h08.

 

BASTOGNE

Odeur de gaz

C’est au syndicat d’initiative situé place Mac Auliffe que les pompiers de Bastogne, sous les ordres de l’officier Delphine Harman de Marche que les pompiers et ORES sont intervenus suite à une odeur de Gaz à 17h35. Rien n’a été découvert.

 

Daniel Jeanbatiste

23/01/2020

FAITS DIVERS 23 JANVIER 8h50

FAITS DIVERS 23 JANVIER 2020  à 8h50

 

ARLON

Fumée et odeur de brûlé

Il était 1h46 la nuit de mercredi à jeudi quand les pompiers d’Arlon se sont rendus à la rue Metzer en raison d’une odeur de brulé et d’un dégagement de fumée.

Ils ont effectué des recherches durant une heure  et n’ont rien découvert dans le bâtiment en question.

 

VILLERS SUR SEMOIS

Feu de cheminée

Les pompiers d’Etalle  ont éteint un feu de cheminée, avec l’aide du camion échelle de Virton à 8h54 à la rue joseph Weyler à Villers sur Semois

 

D J

17/01/2020

avis de disparition à BERNISSARD

16/01/2020

VOEUX bGT MASSINON 2020

Mesdames et messieurs,

Chers amies et amis,

Chers vous tous,

Je vous remercie pour votre présence ce soir en ce début d’année à la météo quelque peu maussade ; et c'est le moins que l'on puisse dire.

Eh oui, une météo dont malheureusement le caractère maussade se répercute sans coup férir, peu ou prou sur notre moral. C’est ainsi. Que nous mangions des bananes ou des oranges, ça n’y changera rien. C’est physiologique. Ainsi en a décidé la nature.

Et pourtant, nous sortons, pour la plupart, de deux semaines de vacances qui auraient dû nous requinquer.

Mais en bons Ardennais, vu la température clémente de ces dernières semaines, pendant cette trêve de Noël, vous avez sans doute, comme moi, travaillé, bricolé, nettoyé, récuré, fait du rangement, cuisiné et que sais-je encore ?

Bref, nous ne nous sommes pas vraiment reposés.

Si par bonheur, nous avions eu une bonne couche de neige, si nous avions eu un beau Noël blanc, sans nul doute, aurions-nous pris la peine de nous arrêter, de faire une pause dans nos vies au planning de plus en plus chargé, et peut-être même de faire un joli bonhomme de neige avec nos enfants ou petits-enfants.

Nous aurions pris le temps de savourer un bon bol d’air froid, froid mais revigorant, en nous promenant ou en skiant dans nos belles forêts enneigées.

J’espère que ce n’est que partie remise et que tout bientôt nous allons enfin avoir notre lot annuel de journées enneigées.

Et que par la même occasion, que nous aurons quelques jours de bien bonnes gelées afin d’éliminer « naturellement », « durablement » devrais-je dire pour employer un langage à la mode dans certains milieux, un maximum de scolytes, ces saletés de petites bestioles qui ont rappelé aux communes forestières comme la nôtre, combien notre santé économique communale est en réalité un géant aux pieds d’argile.

En effet, vous le savez depuis deux ans, notre forêt fait l’objet d’attaques de scolytes.

Les scolytes, ce sont de vilains petits insectes de la famille des coléoptères, qui comme les mauvaises herbes (mauvaises herbes appelées adventices en langage « bobo »), ont sans doute leur utilité encore à découvrir, mais qui en vivant leur vie de vilains petits insectes ne se sont pas rendus compte qu’ils perturbaient, la nôtre de vie, ainsi que celles des agents du DNF et de celles de tous les autres professionnels du bois.

Tout en grignotant paisiblement sous l’écorce de nos épicéas, les larves de nos vilains petits insectes ont en effet mis à mal nos recettes communales alimentées principalement, vous le savez, par la vente de nos bois marchands.

Ce qui nous a conduit à réduire sensiblement la voilure des dépenses communales, à mettre en berne pour quelque temps certains projets prévus dans notre budget extraordinaire, à ronger notre frein en pensant à tel ou tel investissement qu’il serait intéressant de réaliser pour le bien de notre commune.

Mais aussi, et sans gaieté de cœur vous vous en doutez, à augmenter certaines taxes, à augmenter certaines redevances et à essayer de faire des économies à gauche et à droite.

Et tout cela en essayant de ne pas trop mettre à mal l’édifice communal.

Travail d’équilibriste, savant dosage des montants inscrits en dépenses et recettes dans notre budget communal.

Travail minutieux aussi, dont s’acquitte chaque année avec brio et compétence notre service administratif.

Et je l’en remercie.

J’en profite d’ailleurs, avant que d’aller plus loin dans mon petit mot de ce soir, pour présenter mes plus sincères excuses à celles et ceux que je bouscule sans doute de temps à autre en cours d’année, à celles et ceux que je ne remercie sans doute pas assez pour le travail accompli, à celles et ceux à qui je ne consacre pas assez de temps…

Et donc, à vous toutes et tous ici présents, en vos grades et qualités, à qui je manque parfois d’attention, soyez assurés que ce n’est absolument pas volontaire.

Je suis tête en l’air vous le savez,  sans arrêt à « tuser » à mille et une choses en même temps... 

Tant et si bien, que j'en arrive quelque fois, trop souvent peut-être, à oublier le plus élémentaire de mes devoirs : celui de dire vous dire merci.

Car il est vrai que votre travail, à chacun de vous, mérite non seulement ma reconnaissance, mais aussi celle de l’ensemble de la population de notre belle commune, population dont je suis un peu le porte-parole ce soir.

Et du travail, Mesdames et Messieurs, il y en a sur la planche cette année.

Eh oui, il y en a, et sans doute encore un peu plus que les années précédentes.

Car nos chers décideurs politiques nous viennent sans cesse avec des procédures de plus en plus lourdes à mettre en œuvre ; comme celle du RGPD pour ne prendre qu’un seul exemple, avec des plans stratégiques à écrire, dont on se demande s’ils ne servent pas qu’à remplir de grandes bibliothèques à la mode communiste.

Tout cela prend du temps, mange de l’énergie, sape quelque fois le moral,…pour au final des résultats peu tangibles à notre niveau communal.

Par contre, d’autres procédures, d’autres plans, me semblent prometteurs de résultats très positifs.

Par exemple, le pacte d’excellence qui va nous aider à encore mieux guider nos élèves vers le chemin de la réussite.  Ce pacte va vous demander, et vous demande déjà, Mesdames et Messieurs du corps enseignant, beaucoup de travail, beaucoup de remise en question, beaucoup d’heures de réunion, beaucoup d’échanges d’expérience.  Mais le jeu en vaut à coup sûr la chandelle, car à peine êtes-vous sur le chemin que l’on ressent déjà le frémissement de la réussite de l’entreprise.

Courage donc.

Courage donc à vous, Mesdames et Messieurs du corps enseignant.

Mais pas uniquement qu’à vous bien entendu.

Car du courage, de l’énergie, il en faudra à toutes et tous, à chacun de vous tous ici présents pour relever les innombrables défis qui vont vous être demandés de relever cette année.

Il y aura en effet tous ces petits, moyens et grands défis de votre travail au quotidien, ces demandes diverses et variées de la population, allant de la délivrance d’un certificat de bonnes vies et mœurs à l’impression d’un plan cadastral en passant par la réservation d’une salle communale.

Des demandes qui nous semblent quelque fois bénignes mais pourtant à chaque fois très importantes pour celui qui les fait.  C’est cela le Service Public.

C’est cela et c’est aussi par exemple, guider un vacancier-randonneur vers la balade la plus en phase avec ses envies et/ou ses capacités; ou encore, au sein de notre bibliothèque communale, c’est mettre la main sur le roman d’amour demandé par une lectrice en mal de frissons; frissons sentimentaux ou autres on se comprend…

Je profite de l’occasion pour remercier tout particulièrement Anne et Yvon pour le joli et très réussi travail de création d’un coin Jeunesse dans notre bibliothèque.  Le festival de couleurs qu’ils y ont créé vaut à coup sûr le détour croyez-moi.

Pour le reste, je parlais tantôt de défis.

Il y aura aussi pour vous d’autres défis, moins visibles, plus administratifs mais tout aussi importants.  Comme par exemple, ceux d’assurer le bon suivi en temps et en heures des dossiers urbanistiques dont le nombre important est un indicateur de l’attractivité de notre commune, ou ceux d’assurer le bon déroulement des séjours de plus en plus nombreux dans notre Centre de Classes vertes ou encore ceux d’assurer le meilleur fonctionnement possible des repas et garderies dans nos écoles.

Il vous faudra aussi, autre défi de taille, assurer le suivi des dépenses et recettes communales, le suivi des dossiers administratifs du personnel communal, etc.

Et il faudra, la tâche en revient à notre directrice générale, chapeauter tout cela.

Travail de titan vous en conviendrez et qui mérite toute notre reconnaissance.

De plus la commune, c’est également l’ensemble des services techniques communaux, c’est-à-dire le service d’entretien et de propreté de nos voiries et de nos espaces verts, le service des eaux, le service forestier, l’abattoir communal, le service de menuiserie et celui de maçonnerie,….

Et chacun de vous, dans chacun de ces services, vous aurez à donner le meilleur de vous-même pour le bien de notre commune et de ses habitants.  Comme je le disais il y a quelques instants, c’est cela le Service Public.

« Donner le meilleur de soi », ce devra être et ce sera sans aucun doute également le leitmotiv de l’ensemble du personnel de notre CPAS ; un personnel à l’écoute des besoins sociaux de notre commune.  Des besoins en hausse si on en juge par l’augmentation de l’intervention communale dans le budget de fonctionnement du CPAS. 

A noter par ailleurs que malgré la baisse de recettes de vente de bois, nous avons aussi à absorber une augmentation des dépenses liées au fonctionnement de notre zone de Police ; ce qui en soit est « normal » vu que pas loin de 90% du budget de la zone correspond à des frais de personnel et qu’une indexation de 2% des salaires (pas que des policiers rassurez-vous, du vôtre également) est prévue en début de cette année (ce devrait être en avril ou en mai).

En parlant de police, permettez-moi de faire un petit aparté sur la désagréable épidémie que connaît notre région. 

Je ne parle de l’épidémie de gastro, mais bien de l’épidémie de vols…

Pour résoudre le problème, pour ma part, depuis le début, je ne suis pas convaincu qu’il faille se lancer dans des aventures dangereuses du style « Les voisins veillent ».

Non.

Que nous soyons attentifs à ce qui se passe éventuellement d’étrange voire d’anormal devant chez nous ou devant chez notre voisin, ok, c’est normal ; et ça a toujours été le cas chez nous.

Chez nous. Et partout ailleurs j’imagine.  Du moins en région rurale ou semi-rurale.

Mais de là, à organiser ce « contrôle » (j’ai écrit « contrôle »  entre guillemets), à organiser ce contrôle donc de manière structurée me laisse un petit arrière-goût amer de Ku Klux Klan, de KGB ou de Stasi.

Je ne minimise certes pas le traumatisme psychologique que représente l’intrusion d’un étranger dans une demeure mais je pense que le travail de recherche des coupables doit être 100% la tâche des policiers ; des hommes et des femmes est-ce nécessaire de le rappeler, qui ont suivi des formations administratives, judiciaires et techniques qui leur permettent de réaliser leurs enquêtes de manière professionnelle. 

Il est clair que vous comme moi, nous aimerions savoir ce que fait la police.

Mais justement, le travail de recherche policière a cela d’ingrat qu’il ne peut pas être dévoilé sous peine de perdre en efficacité.

Nous devons donc avoir confiance en notre police et surtout ne pas nous sentir pousser des ailes de Batman ou de Rambo.  Le récent drame de Ferrière, car c’est un drame pour toutes les parties à la cause, devrait amener les uns et les autres à réfléchir aux risques de dérapages liées à certaines initiatives citoyennes.

Tant que j’en suis à parler de participation financière communale dans le budget de la Police, j’aimerais vous commenter maintenant rapidement le fonctionnement de l’autre important service d’aide urgente à la population que représente les services d’incendie et d’ambulance.  Selon ce que je ressens et selon ce que je peux voir quand je me connecte sur le logiciel IEmergency de notre zone de secours Dinaphi, après 2-3 années de mise en route, l’organisation du service me semble être entrée positivement en phase de régime.  Il me semble en effet que très très souvent, un premier départ pompiers peut être assuré au départ de notre caserne.

A noter que je dis volontairement « notre caserne » car à ce jour, le transfert de « notre» caserne à la Zone Dinaphi n’a pas encore été actée officiellement.  Mais que les pompiers gedinnois se rassurent, il ne faut pas voir dans ce retard une quelconque manœuvre de la zone, mais bien tout simplement un dysfonctionnement chez le notaire chargé de rédiger les actes.  J’ai d’ailleurs expressément remis la pression sur ce dossier lors du dernier conseil de zone de secours.

Pour ce qui est de la facette « ambulance » du service, force est de constater que le système de garde sous toit actuel semble donner de très bons résultats en terme de réactivité et en terme de disponibilité d’une ambulance au départ de Gedinne.

Et force est également de constater que malgré les craintes de certains, il ne semble pas y avoir actuellement de dérapage dans l’utilisation de l’ambulance suite à la décision de Mme Maggie De Block d’appliquer un forfait mutualisé de seulement 60 € pour une prise en charge en quelque endroit du royaume que ce soit.

Voilà Mesdames et Messieurs, je pense avoir fait le tour d’une grande partie de toutes ces choses qui occuperont au quotidien votre année communale.

Je pourrais maintenant également vous entretenir de l’avenir du Village de Vacances de Vencimont dont le CSC pour la rénovation et la location va être lancé dans les toutes prochaines semaines, ou de la mise en œuvre des deux premières fiches de notre PCDR, ou des formations socio-professionnelles, artistiques et sportives qui se développent peu à peu dans les locaux de notre Campus de la Croisette ou encore des travaux de rénovation/agrandissement de l’école de Patignies qui cette fois, c’est sûr, débuteront début avril.

Ou de beaucoup d’autres choses, petites et grandes, qui feront pour certaines l’objet de futures discussions au sein des différentes assemblées communales : CCATM, CLDR, conseil communal, Conseil de participation, CCA, etc…

Mais je pense qu’il est grand temps que je cède le micro à Daniel, notre échevin des sports pour la remise des récompenses sportives communales.

D’autant plus qu’avant0g, il me revient l’agréable devoir de remettre de manière officielle les félicitations communales ainsi qu’un joli souvenir à nos pensionnés millésime 2019.

J’appelle donc auprès de moi, Marie-Françoise Pierre, Jean-Pierre Baijot, Patrick Leyder  et Guy Thibaut que je vous demande d’applaudir.

Marie-Françoise (Pierre) est née le 09/02/1960 – Institutrice primaire statutaire.

Marie-Françoise est née le 9/02/1960.

Elle a commencé à enseigner en 1982 à Schaerbeek  (à 22 ans)

Elle s’est ensuite peu à peu rapprochée de Gedinne ; en passant par Fleurus, Auvelais, Bièvre et Willerzie.

Sa 1ère désignation en tant qu’institutrice primaire au sein du PO de Gedinne date de 1986.

Elle y est devenue statutaire pour un premier mi-temps le 1er avril 1997 et juste un an après, le 1er avril 1998 pour un deuxième mi-temps.

Marie-Françoise a été admise à la retraite à la date du 1er décembre 2018.

Mais nous la fêtons que ce soir car son dossier a été effectivement clôturé courant de l’année 2019.

Jean-Pierre Baijot – ouvrier fontainier statutaire .

Jean-Pierre est né le 17 juin 1957.

Il a été désigné ouvrier qualifié le 17 avril 1979 (càd un peu avant ses 22 ans).

Jean-Pierre a été admis à la retraite à la date du 1er décembre 2019.

Et donc, Jean-Pierre aura été fontainier au sein de notre service des eaux pendant un peu plus de 40 ans.  C’est vous dire s’il en aura changé des compteurs, réparé des fuites, tracé des plans de conduites et que sais-je encore.

Guy Thibaut – ouvrier forestier contractuel.

Guy est né le 1er octobre 1959.

Il a été désigné ouvrier forestier au sein de notre service forestier le 1er juin 1994. (à 35 ans).

Guy a été admis à la retraite à la date du 1er novembre 2019.

Et donc, pendant un peu plus de 25 ans, il aura travaillé sans relâche et soyez en sûr, avec passion dans cette forêt communale dont nous sommes si fiers et qui doit tant à nos ouvriers communaux ainsi qu’aux agents DNF.

Patrick Leyder – ouvrier contractuel

Patrick est né le 2 septembre 1958.

Il a été engagé comme aide technique dans  nos implantations scolaires le 26 janvier 2015.

Ensuite, il a travaillé comme ouvrier APE à partir du 1er janvier 2017 jusqu’au 30 septembre 2019.

Patrick a été admis à la retraite à la date du 1er octobre 2019.