UA-65621638-1 http://secourslux.blogs.sudinfo.be/ ok

14/12/2015

BOUILLON Tragédie

 

 Pour une déception amoureuse, elle saute dans le vide

 

UN DOCUMENT DE NATHALIE HUSQUIN

 Juliette, une ado de 16 ans originaire de la région de Saint-Hubert, a tenté de mettre fin à ses jours, ce mercredi vers 7h30. Interne à l’institut Sainte-Marie, elle a ouvert la fenêtre de sa chambre avant de se jeter dans le vide, sous les yeux d’une éducatrice. Un problème sentimental est à l’origine de cet acte de désespoir. Opérée, la jeune fille était mercredi soir aux soins intensifs de la clinique d’Arlon, toujours entre la vie et la mort.

 

Devant la porte d’entrée de l’institut Sainte-Marie à Bouillon, au pied du château fort, les regards sont tristes. Graves. Les mots ont du mal à sortir. C’est la fin de la matinée et les adolescents sortent par grappes. Mais l’heure n’est pas aux sourires. «C’est une connaissance de ma fille, je suis bouleversée,», commente cette maman.

Un papa est surpris. Il vient tout juste d’apprendre le drame par la bouche de son enfant qu’il vient rechercher à la fin de son examen. Il ne sait pas quoi dire. Silence.

Une chute de 12 m                                                                                   

Mercredi matin, vers 7h30, Juliette, une jeune fille de 16 ans originaire de St-Hubert, interne dans cet établissement scolaire, a tenté de mettre fin à ses jours en se jetant par la fenêtre de sa chambre, située dans les combles de l’établissement. Cela sous les yeux d’une éducatrice. Une chute de 12 mètres de haut!

«Nous avons reçu un appel nous signalant qu’une jeune fille se trouvait sur la route,» commente le commissaire Frédéric Hennon. Arrivé parmi les premiers sur les lieux, il est encore marqué par ce qu’il vient de vivre. «Quand nous sommes arrivés, le VIM était déjà sur place. Le personnel soignant s’affairait sans relâche autour d’elle… Il n’y a pas de mots

Le parquet du Luxembourg, en la personne de Nausikaa Hatzinakos, a été avisé des faits.

Le directeur de l’établissement, Vincent Mahy était lui aussi sur place au moment du drame. Les yeux rougis, il a tout fait pour que les élèves qui arrivaient en classe à cette heure matinale soient immédiatement encadrés. Puissent parler (cf. ci-dessous). L’équipe mobile de la Communauté française a également été dépêchée sur place.

Transportée à l’hôpital d’Arlon par le service 100 de Bouillon, l’adolescente a été opérée. Elle se trouvait aux services des soins intensifs entre la vie et la mort, ce mercredi en fin de journée.

Juliette est arrivée à l’école de Bouillon au début cette année scolaire. En quatrième secondaire, elle est dépeinte comme quelqu’un de plutôt joyeux.

«Une ado joyeuse»                                                                                   

«C’est une adolescente comme j’en croise beaucoup dans mon commerce. Elle vient de temps en temps, elle me semblait plutôt bien dans sa peau», commente l’épicière du coin. Pour cette dernière comme pour beaucoup de ceux qui côtoyaient la jeune fille, rien ne laissaient présager un tel geste.

Le parquet du Luxembourg a confirmé que cet acte de désespoir faisait bel et bien suite à une immense déception sentimentale.

Du côté de la famille de Juliette, on préférait, ce jeudi, ne rien dire. «Sur ce que nous vivons pour l’instant, nous ne souhaitons en aucun cas communiquer», a souligné, le papa, dévasté.

Certaines amies de Juliette, quant à elles, ont juste voulu lui envoyer un petit message. «Reviens-nous vite, encore plus forte qu’avant.

N. H.

 

 

Les commentaires sont fermés.