UA-65621638-1 http://secourslux.blogs.sudinfo.be/ ok

09/04/2014

wardin:intervention sur une maison passive

BASTOGNE

Le casse tête des maisons basses-énergie pour les pompiers

Appelés pour un feu de cheminée au 21 à Wardin, les trois pompiers de Bastogne se sont vite rendus compte qu’il s’agissait d’une maison passive, avec le feu qui s’était mis aux isolants « cellulose ».

Dans les maisons « basse énergie » une gaine part du ré de chaussée jusqu’au toit et les pompiers doivent pratiquer une ouverture au toit et dans l’isolant intérieur, tout un travail qui a nécessité un renfort et se retrouver à une douzaine d’hommes du feu sur place pour éteindre le feu qui se trouve dans le vide entre la cheminée et le conduit.

« Il faut savoir, commente le pompier, que lorsque tout est ouvert, l’oxygène s’y ajoute et tout part en incendie. Ce sont des maisons super isolées où tout est cloisonné et le rayonnement occasionné monte très fort en température. » Le risque avec  ce super isolant intérieur vient du rayonnement et les pompiers craignent d’en avoir de plus en plus avec en finalité, une mise à feu qui peut partir de partout durant la tentative d’extinction des pompiers. »

Le souci des pompiers dans ces cas de figures, c’est que l’on remarque l’incendie lorsque le feu est déjà bien installé dans l’isolant.

 Ici à Wardin, il s’agissait d’une annexe basse énergie adossée à un bâtiment ordinaire.

Les dégâts sont importants : Ouverture pratiquée sur environ un quart du toit plat, ouverture de la gaine sur la hauteur du bâtiment et ouverture des plafonds intérieurs pour avoir accès à l’isolant. Le gros souci des pompiers, face aux maisons passives, c’est que le feu est déjà installé dans les isolants lorsqu’on remarque l’incendie.

 

 

Les commentaires sont fermés.