UA-65621638-1 http://secourslux.blogs.sudinfo.be/ ok

06/04/2014

Soutenir Bra sur Lienne dimanche à Tohogne

Bra-sur-Lienne: un hélico toujours sous statut expérimental

Un document de Nathalie Husquin

Ce dimanche 6 avril, le comité de soutien « Spirit of St Luc » de Tohogne (Durbuy) organise sa fête annuelle en soutien au projet du Centre Médical Héliporté (CMH) de Bra-sur-Lienne. L’occasion de faire le bilan de l’année et de rappeler que le CMH est toujours sous statut expérimental.

 

L’hélicoptère a effectué 908 missions en 2013.

CMH

L’hélicoptère a effectué 908 missions en 2013.

Ce dimanche 6 avril, à partir de midi, une fête sera organisée en faveur de l’hélicoptère du Centre Médical Héliporté (CMH) de Bra-sur-Lienne. Au programme : un menu de fête et diverses animations dans les locaux et aux abords de l’école « Les Monts » à Tohogne. Chaque année, cette fête permet de rapporter environ 15.000 euros en faveur du CMH. « Une petite goutte d’eau bien nécessaire, explique Olivier Pirotte, le coordinateur opérationnel du CMH. Au total, l’ensemble des activités caritatives permet au CMH de récolter environ 100.000 euros. C’est bien, mais cela reste marginal au vu des 3 millions d’euros nécessaires pour faire tourner le centre.

En 2013, les 908 missions réalisées ont permis d’atteindre tout juste l’équilibre budgétaire. « Nous sommes toujours sous statut expérimental, rappelle Olivier Pirotte. Nous ne disposons d’aucun financement structurel fédéral. » Au niveau plus local, par contre, l’ASBL peut compter sur le soutien de 28 communes principalement situées autour de Bra-sur-Lienne. « Par ailleurs, deux provinces nous soutiennent également à concurrence de 52.000 euros pour la province de Liège et 25.000 euros pour la province de Luxembourg. »

Si le CMH parvient à maintenir son activité, c’est surtout grâce aux affiliations. « Sans nos affiliés, nous ne pourrions survivre, commente Olivier Pirotte. Les cotisations nous rapportent 1,5 million d’euros. Soit la moitié du montant nécessaire au fonctionnement du centre. »

De son côté Didier Moens, coordinateur médical, rappelle que ce moyen de transport est très efficace d’un point de vue strictement médical. « Les responsables politiques nous parlent toujours du coût. Certes le prix d’un transport reste élevé, mais grâce à sa vitesse nous gagnons du temps qui peut être très précieux pour le reste de la vie du patient. Transporté en hélicoptère, le patient en ressortira plus souvent sans séquelles, ce qui n’aurait pas été forcément le cas s’il avait été transporté en ambulance. Et le traitement de ces séquelles, lui aussi a un coût, qui sera le plus souvent plus important que le prix du transport en hélico. »

Prolongez l’information dans La Meuse Luxembourg de ce samedi ou via nos supports numériques

Les commentaires sont fermés.