UA-65621638-1 http://secourslux.blogs.sudinfo.be/ ok

03/10/2013

Destruction d’un écosytème dénoncé par l'abaye de Rochefort

Rochefort, le 3 octobre 2013. - L’abbaye Notre-Dame de Saint-Remy de Rochefort apprend avec consternation que le fonctionnaire technique de la Région Wallonne  vient d’accorder à Lhoist Industrie le permis d’environnement pour «  la  production d’électricité, de gaz, de vapeur et d’eau chaude, permettant de créer des prises d’eau et piézomètre en vue de vérifier la faisabilité technique de l’approfondissement de la carrière » que la société exploite sur le plateau du Gerny, dans la commune de Rochefort.  L’abbaye introduira un recours face à cette décision qui menace la source Tridaine de disparition.

L’administration par cette décision refuse de protéger un système gravitaire d’écoulement de l’eau qui existe depuis plusieurs siècles et le remplace par un système artificiel, qui est limité dans le temps.  En effet, l’eau de Tridaine s’écoule gravitairement, c’est-à-dire en suivant simplement la pente naturelle du relief, pour être distribuée à l’abbaye et ensuite à la ville de Rochefort, ce qui en fait un système naturel et gratuit.  Le nouveau système est industriel, coûteux et consommateur d’énergie. A l’heure où  tout le monde essaie de diminuer sa consommation d’énergie,  l’administration wallonne accepte la mise en place d’un système énergivore.

Les conséquences de cette décision sont graves car les tests pourraient altérer d’ores et déjà  les caractéristiques de l’eau de la source Tridaine, qui alimente la ville de Rochefort, l’abbaye et sa brasserie.

« Cette eau essentielle à la Trappiste de Rochefort sera demain détournée et modifiée. Une telle décision ne serait pas imaginable en France. On ne pourrait pas envisager que l’on dise aux grands vins de Bordeaux qu’il faut déménager parce qu’une industrie va s’installer pour 20 ans. On parle de terroir et l’eau est à la bière ce que la terre est au vin » a déclaré  Père Abbé.

Lhoist Industrie démontre que l’eau sera toujours là en suffisance par son dessin de la baignoire mais ce qui changerait et ne pourrait être reconstitué à l’identique est la chimie de l’eau, qui rend la Trappiste de Rochefort si unique.

L’abbaye ne peut accepter la mise en place des tests de pompage d'une durée de 10 à 12 mois car en plus d’être une tromperie (puisque légalement un permis d’environnement provisoire ne peut excéder une durée de six mois), ces tests risquent déjà de compromettre irréversiblement les qualités de cette eau.

L’abbaye Notre-Dame de Saint-Remy réitère sa ferme opposition à l’ensemble du projet de Lhoist Industrie et continuera à se battre pour sauver la source Tridaine. Elle va donc  introduire un recours devant le gouvernement wallon pour contester cette décision.

Les commentaires sont fermés.